Se tromper d’épouse

geneagraphe imprimer arbres généalogiques se tromper d'épouse

Se tromper d’épouse

En mettant à jour mon arbre généalogique « Charlemagne – Ridel »,  je me suis aperçu que je m’étais trompé de filialisation  pour Hugues Capet. Sa mère n’est absolument pas Rohaut du Maine ce qui était bien pratique pour remonter à Charlemagne et en plus elle cumulait les ascendances carolingienne et robertienne.

geneagraphe imprimer arbres généalogiques se tromper d'épouse

Je me suis tout simplement trompé d’épouse pour Hugues le Grand, père de Hugues Capet qui s’est marié successivement :

  • en 914 avec Rohaut du Maine, fille de Roland comte du Maine ;
  • en 926 ou 927 avec Eadhild de Wessex ;
  • en 937 ou 938 avec Hedwige de Saxe ;
  • en 949 avec Raingarde de Dijon (c’est son authentique prénom).

La mère de Hugues Capet est la troisième, Hedwige de Saxe et n’est pas une descendante du grand Charlemagne.

Pendant quelques minutes, je découvrais que Charlemagne n’était pas mon ancêtre. Ça ne remplaçait pas « le prestige » d’un Hugues Capet ou d’un Hugues 1er, d’un Robert II le Pieux, d’un Henri 1er, d’un Philippe 1er, d’un Louis VI le Gros, d’un Louis VII le Jeune ou d’un Philippe Auguste, d’un Louis VII le Lion, voire même d’un Saint Louis. Sans parler du prestige d’être un héritier du premier des Bourbons ! J’étais tout désappointé et inconsolable.

Et puis, hourra !

Le grand-père du grand-père de la mère de Hugues le Grand, Béatrice de Vermandois, est un descendant de Charlemagne. #PépéPower

Béatrice de VERMANDOIS
N° Sosa :
Voir l arbre
Père :
Mère :

Et donc, Charlemagne est redevenu mon ancêtre !

Comme quoi en généalogie, mieux vaut re-re-re-re-vérifier ses sources plutôt deux fois qu’une. J’avais bien vérifié le bas de mon arbre, l’embranchement entre mes nobliaux en fin de parcours et mes roturiers argentés mais le haut de l’arbre c’était bien plus compliqué que prévu notamment pour ne pas se tromper d’épouse.

Alors c’est non sans émotion que je vous présente, l’arbre d’ascendance (corrigé) de mon grand-père Georges Ridel jusqu’à Charlemagne.

geneagraphe imprimer arbres généalogiques sur mesure charlemagne 01geneagraphe imprimer arbres généalogiques se tromper d'épouse

Arbres généalogiques sur mesure

 

 

 

 

Mon ancêtre espagnol

bannière imprimer arbre généalogique mon ancetre espagnol

Mon ancêtre espagnol

Jean de Salazar est un mercenaire espagnol célèbre originaire de la Biscaye dans le Pays basque espagnol. Il appartenait à la bande d’écorcheurs de Rodrigue de Villandro, guerrier espagnol noble du Moyen-Âge pendant la Guerre de Cent ans.

Il suivit en 1428 l’étendard de Jeanne d’Arc au siège d’Orléans occupé par les Anglais. Il la suivra partout dans toutes ses batailles jusqu’au sacre du roi Charles VII à Reims. À la suite de quoi, il s’installa dans le sud de la France et se mit au service de grands seigneurs comme Georges de la Trémoïlle, prononcé [trémouille] ce qui casse un peu la magie du titre.

Georges de la Trémoïlle lui donnera alors pour services rendus, une fille bâtarde naturelle à épouser, Marguerite, Dame de Saint-Fargeau. Ils se marièrent le 31 octobre 1441 à Sully dans l’Oise. Ils eurent sept enfants dont toute la descendance prit par la suite grand soin de s’enorgueillir de cet aïeul célèbre.

Mon ancêtre espagnol, Jean de Salazar, succomba à d’atroces brûlures le 12 novembre 1479 soit deux ans après avoir été blessé lors du siège qu’il soutint à Gray, en 1477 pour le compte du roi Louis XI.

C’est par la branche de La TRÉMOÏLLE que ma généalogie remonte à Charlemagne ce qui n’est point déshonorant. Mais ce n’est pas la seule branche, d’autres sont à retrouver notamment parce que les nobles se sont tous mariés entre cousins à une époque ou à une autre.

Jean de SALAZAR
N° Sosa :
Voir la fiche
Père :
Mère :

geneagraphe imprimer arbre genealogique jean de salazar mon ancetre espagnol

Arbres généalogiques sur mesure

Tous les chemins mènent à Charlemagne

bannière imprimer arbre généalogique tous les chemins menant a Charlemagne

Tous les chemins mènent à Rome Charlemagne

Je viens de découvrir dans mon arbre généalogique une petite bifurcation et qui est aussi un petit raccourci pour remonter jusqu’à Charlemagne. Je m’étais concentré dans mes recherches et dans le travail de vérification et de recoupement uniquement sur la branche des de BIENCOURT et finalement en remontant celle des de BELLOY,  je découvre que les deux se recoupent 160 ans auparavant.

En 1604, sous le règne d’Heni IV, Thezeus de BELLOY (Sosa 10176) qui ouvre la branche des seigneurs de Saint-Martin ; chevalier, échanson du Roi, gentilhomme ordinaire de la Chambre du Roi, capitaine au régiment de Navarre, se maria par contrat avec Louise de BIENCOURT (Sosa 10177).

En 1761, sous le règne de Louis XV, Claude Nicolas de BELLOY (Sosa 318) ; chevalier, seigneur et patron des terres et seigneuries de Provemont, de Fissancourt, de Chauvincourt, de Neufville, de Bonnemare et autres lieux, officier au régiment des Bourbon infanterie, le descendant direct du dit Thezeus, se maria avec Rose Jeanne de BIENCOURT (Sosa 319).

La dite Rose est quant à elle, la descendante de Charles de BIENCOURT (Sosa 2552) ; chevalier, seigneur de Biencourt, en partie de Gamache, de Poutrincourt, de Chauvincourt, de Guibermenil, de Vercourt et autres lieux, conseiller, maître d’hôtel ordinaire du Roi, chevalier de son ordre, écuyer de la grande écurie et commandant son académie, qui est aussi le frère de la dite Louise de BIENCOURT mariée un siècle et demi auparavant à l’ancêtre du de BELLOY.

J’ai fait une infographie car c’est tout de suite plus clair en image.

Je m’attends à trouver d’autres croisements et d’autres embranchements similaires et je vous tiens au courant.

Pour voir tous les descendants direct de Charlemagne jusqu’à mon Grand-père paternel c’est par ici : On descend tous de C.


Les intitulés des titres et autres fonctions sont issues du Nobiliaire de Ponthieu et de Vimeu, de René marquis de Belleval.

Charlemagne geneagraphe imprimer arbre généalogique de Biencourt de Belloy

Arbres généalogiques sur mesure

On descend tous de Charlemagne

bannière généagraphe imprimer arbre généalogique charlemagne

On descend tous de Charlemagne

9 Français de souche sur 10 descendent de Charlemagne, ce n’est pas moi qui le dit mais les mathématiques et c’est l’avis de nombreux généalogistes et historiens. Pour faire simple vers l’an 800 on aurait mathématiquement entre 70 milliards et 1000 milliards d’ancêtres possibles alors que la population estimé en France à cette époque n’est que de 8 millions d’individus. Voir infographie sur mon site Facilitateur d’image.

Et donc, je descends moi aussi de Charlemagne ! J’ai découvert que la branche de la mère de mon grand père paternel Juliette Delisle (Sosa 9), se plugguait sur celle des rois carolingiens et capétiens. Et ce en filiation directe et non pas par cousinage.

J’ai retrouvé les actes des ancêtres issus de la noblesse jusqu’au mariage de Louis Charles de BETTENCOURT (Sosa 638) avec Marie Jeanne de MAUVIEL (Sosa 639) daté du 23 avril 1731 à Gamaches-en-Vexin dans l’Eure. Ensuite, j’ai reconstitué la filiation à partir du travail de généalogistes et d’historiens en recoupant à chaque fois les informations. Il y a des petites erreurs sur les dates ou les titres complets mais jamais sur la filiation.

La dernière représente de cette branche noble de mon arbre est Jeanne Helmina de POINTEL (Sosa 39) qui s’est mariée avec un honorable roturier et fortuné épicier, Pierre Jean Philippe MOULIN (Sosa 38) le 6 juin 1843 à Paris.


Édit du 24/10/2018 : l’arbre a été mis à jour

geneagraphe imprimer arbre généalogique charlemagne 02geneagraphe imprimer arbre généalogique charlemagne 01

Arbres généalogiques sur mesure