Arbre généalogique design

Geneagraphe - imprimer arbres généalogiques - arbre design

Arbre généalogique design

Dans un arbre généalogique, on veut souvent y trouver l’exhaustivité des informations de nos ancêtres et parfois cela se fait au détriment de la forme. Nous vous proposons un arbre généalogique design sur 4 générations à la fois complet mais surtout décoratif.

On y trouve le nom de famille ; les prénoms ; les dates et lieux de naissance, mariage et décès.

Geneagraphe - imprimer arbres généalogiques - arbre généalogique design - fiche individu

Il existe en 4 couleurs : bleu ; rouge ; vert et violet et il existe aussi une version avec les 4 couleurs réunies.

Et nous proposons également pour des arbres atypiques, la conception de votre arbre généalogique sur mesure.

Geneagraphe - imprimer arbres généalogiques - arbre généalogique design bleu Geneagraphe - imprimer arbres généalogiques - arbre généalogique design vert Geneagraphe - imprimer arbres généalogiques - arbre généalogique design rouge Geneagraphe - imprimer arbres généalogiques - arbre généalogique design violetGeneagraphe - imprimer arbres généalogiques - arbre généalogique design 4 couleurs


L’offre comprend la saisie de vos données et la fourniture d’un fichier pdf en format A3 et en 300 dpi, la qualité requise par les imprimeurs professionnels.

Sous certaines conditions nous prenons également en charge l’impression et la livraison de la commande.

N’hésitez pas à nous contacter quelque soit votre besoin, nous avons forcément une solution à vous proposer.

Les arbres familiaux

geneagraphe imprimer arbres généalogiques arbres familiaux

Les arbres familiaux

À partir de mes quatre grands-parents, j’ai construit quatre arbres familiaux ascendants en l’élargissant aux frères et sœurs et aux épouses :

  • la branche paternelle et maternelle de mon père, les RIDEL et les BOULEAU ;
  • la branche paternelle et maternelle de ma mère, les COTTY et les HAMELET.

Ce qui est amusant, c’est que l’on peut comparer et trouver de grandes différences entre les traits principaux de ces quatre familles qui finalement ont réussis à se rencontrer malgré des origines géographiques différentes et des métiers différents :


Les arbres sont cliquables

Les RIDEL sont devenus des commerçants au XIXe siècle après avoir été des toiliers et des tisserands. Ils sont fidèles à la Seine-Maritime depuis toujours à l’exception notable de mon ancêtre joueur qui fera une escapade dans l’Eure voisine.

Ridel : Le nom est fréquent en Normandie (76, 27). On trouve l’équivalent Rideau dans l’Indre-et-Loire, la Vendée et la Vienne (variantes : Rideaud, Rideaux, 17, 37). Il s’agit en principe d’un toponyme avec le sens de talus, butte. À noter cependant que Ridel est mentionné comme nom de personne au XIIe siècle : Ridel, seigneur d’Azay, a ainsi donné son nom à la commune d’Azay-le-Rideau (37). Le nom de personne devrait correspondre à la racine germanique rid (= chevaucher). Diminutif : Ridelet (71).

59 personnes sur 8 générations
de Louis XIV à la 5e République

Les BOULEAU viennent de la Mayenne des Pays-de-la-Loire et ont tous vécus autour de Laval sauf ma grand-mère qui est née à Rouen en Seine-Maritime. De Louix XV à Louis Napoléon Bonaparte, ils exerceront des métiers autour du bois (fendeur de bois, scieur de long, bûcheron, merrenier, charpentier).

Bellay : Surtout porté dans l’Ouest (35), désigne celui qui est originaire d’un lieu-dit le Bellay (= lieu où pousse le bouleau).

80 personnes sur 11 générations
d’Henri IV à la 3e République

geneagraphe imprimer arbres généalogiques arbres familiaux BOULEAU

Les COTTY sont Bretons ou plus exactement des Finistériens et beaucoup ont consacrés leur vie à la manufacture des tabacs de Morlaix. Certains seront passés d’ouvrier à contremaître. Ils se sont tous remariés au moins une fois. J’ai pu remonter beaucoup plus loin pour la branche COTTY, grâce au travail réalisé par le Centre généalogique du Finistère.

Coty : Quand il est porté dans le Finistère, le nom s’écrit aussi Cotty. C’est un toponyme relativement courant signifiant « la vieille maison » (kozh = vieux + ti = maison). On trouve des hameaux appelés Cotty à Kerlaz, Plougasnou et Plouyé (29).

81 personnes sur 13 générations
d’Henri II à la 3e République

geneagraphe imprimer arbres généalogiques arbres familiaux COTTY

Les HAMELET viennent du Calvados, de la région autour de Caen et seront tous meuniers de Louis XV jusqu’à Louis Napoléon Bonaparte. Ils n’auront besoin de se marier qu’une seule fois pour que j’apparaisse en bout de filiation.

Hamelet : Porté en Normandie (27, 76), devrait être une toponyme, diminutif de hamel (= hameau).

52 personnes sur 7 générations
de Louis XIV à la 3e République

geneagraphe imprimer arbres généalogiques arbres familiaux HAMELET

Arbres généalogiques sur mesure

Le dernier ancêtre

geneagraphe imprimer arbres généalogiques - le dernier ancetre

Le dernier ancêtre

Sur Twitter, je préparais mon #1J1Ancetre* :

Il y a 311 ans, le 25/10/1707 se marièrent à Doudeville (Seine-Maritime) Jean #RIDEL (Sosa 256) et Marthe #DORÉ (Sosa 257). Jean est le dernier ancêtre connu portant mon nom. Je n’ai pas encore déchiffré les actes disponibles #Genealogie #1J1Ancetre …

Et je me suis aperçu que tout ce que je voulais dire sur cet ancêtre débordait largement du format Twitter même avec 280 caractères.

Jean Ridel est le plus ancien ancêtre connu portant mon nom de famille. Je n’ai pas encore trouvé ni le temps ni la force de déchiffrer les registres d’état civil pour remonter encore plus loin dans le temps. Sur certaines pages, l’encre y est totalement délavée !

Il serait né entre 1680 et 1681 à Doudeville mais depuis que je côtoie d’autres généalogistes sur Twitter, je ne crois plus à la véracité de l’âge de 63 ans annoncé sur son acte de décès.

Je profite de l’occasion pour demander si quelqu’un peut m’aider à compléter ma transcription de cet acte de mariage du 25 octobre 1707. (On peut cliquer sur l’image pour une plus grande taille)

geneagraphe imprimer arbres généalogiques acte de mariage RIDEL DORÉ
3E 0099 – 1700-1710 – Doudeville – 132/174 – Mariage RIDEL Jean & DORÉ Marthe

Le 25 octobre an 1707 après les fiançailles et publications
des bans par trois différents fois sans empêchements Moy
x Alexandre vicaire de ce lieu xxx dans cette église
Jean Ridel et Marthe Doré et xxx
xxx par paroles de x conjoint au mariage xxx

Suivent :

  • la marque de Marthe Doré ;
  • la marque de Jean Ridel ;
  • la signature de Louis Doré ;
  • la signature de Pierre Ridel ;
  • la signature de Charles x ;
  • la signature de Jean x (Hamel ?).

À noter la mention verticale dans la marge des noms des mariés, ce qui je crois, est assez inhabituel.

Et puis qui peuvent être ce Pierre Ridel et ce Louis Doré ? Les pères respectifs des mariés ? J’ai de grands doutes car les parents à cette époque, ont la fâcheuse habitude de décéder avant le mariage de leurs enfants. En plus, ils signent alors que les mariés ne savent pas. C’est très étrange d’avoir des parents plus éduqués que leurs progénitures.

En tous cas, cette signature est la plus ancienne trace « palpable » du passage de ma lignée Ridel sur cette terre ! Peut-être que finalement c’est ce Pierre, le dernier ancêtre connu. En tous cas ça vaut la peine d’écrire un billet de blog 🙂

geneagraphe imprimer arbres généalogiques signature de pierre ridel


#1J1Ancetre : Sur Twitter chaque jour, je participe au hashtag #1J1Ancetre et aussi au #1J1Collateral. On poste au jour anniversaire, le nom, le lieux et l’intitulé de l’évènement d’une personne de son arbre. Certains joignent comme moi la photo de l’acte d’état civil mais on peut poster aussi une photo de la maison de l’ancêtre, ou une carte de France, etc.

Arbre agnatique

Se tromper d’épouse

geneagraphe imprimer arbres généalogiques se tromper d'épouse

Se tromper d’épouse

En mettant à jour mon arbre généalogique « Charlemagne – Ridel »,  je me suis aperçu que je m’étais trompé de filialisation  pour Hugues Capet. Sa mère n’est absolument pas Rohaut du Maine ce qui était bien pratique pour remonter à Charlemagne et en plus elle cumulait les ascendances carolingienne et robertienne.

geneagraphe imprimer arbres généalogiques se tromper d'épouse

Je me suis tout simplement trompé d’épouse pour Hugues le Grand, père de Hugues Capet qui s’est marié successivement :

  • en 914 avec Rohaut du Maine, fille de Roland comte du Maine ;
  • en 926 ou 927 avec Eadhild de Wessex ;
  • en 937 ou 938 avec Hedwige de Saxe ;
  • en 949 avec Raingarde de Dijon (c’est son authentique prénom).

La mère de Hugues Capet est la troisième, Hedwige de Saxe et n’est pas une descendante du grand Charlemagne.

Pendant quelques minutes, je découvrais que Charlemagne n’était pas mon ancêtre. Ça ne remplaçait pas « le prestige » d’un Hugues Capet ou d’un Hugues 1er, d’un Robert II le Pieux, d’un Henri 1er, d’un Philippe 1er, d’un Louis VI le Gros, d’un Louis VII le Jeune ou d’un Philippe Auguste, d’un Louis VII le Lion, voire même d’un Saint Louis. Sans parler du prestige d’être un héritier du premier des Bourbons ! J’étais tout désappointé et inconsolable.

Et puis, hourra !

Le grand-père du grand-père de la mère de Hugues le Grand, Béatrice de Vermandois, est un descendant de Charlemagne. #PépéPower

Et donc, Charlemagne est redevenu mon ancêtre !

Comme quoi en généalogie, mieux vaut re-re-re-re-vérifier ses sources plutôt deux fois qu’une. J’avais bien vérifié le bas de mon arbre, l’embranchement entre mes nobliaux en fin de parcours et mes roturiers argentés mais le haut de l’arbre c’était bien plus compliqué que prévu notamment pour ne pas se tromper d’épouse.

Alors c’est non sans émotion que je vous présente, l’arbre d’ascendance (corrigé) de mon grand-père Georges Ridel jusqu’à Charlemagne.

geneagraphe imprimer arbres généalogiques sur mesure charlemagne 01geneagraphe imprimer arbres généalogiques se tromper d'épouse

Arbres généalogiques sur mesure

 

 

 

 

Lire un arbre généalogique

bannière imprimer arbre généalogique - geneagraphe - lire un arbre généalogique

Lire un arbre généalogique

Lire un arbre généalogique demande un peu de concentration. Au delà de l’émerveillement tout relatif à découvrir un nombre incalculable d’ancêtres et de dates, il convient souvent de prendre un peu plus de temps et d’attention pour y déceler des histoires d’hommes et de femmes.

De Yves à Yvette, 13 générations en 385 années

Pour construire l’arbre ci-dessous, je suis parti de ma mère, Yvette Cotty, pour arriver au premier « Cotty* » recensé, le prénommé Yves né vers 1546. Au delà de François 1er, il est impossible de retrouver des actes écrits sauf pour les ancêtres qui s’inscrivent dans la grande Histoire.

J’ai reporté également tous les conjoint(e)s ainsi que tous les frères et sœurs que j’ai trouvés. J’obtiens alors un arbre à 81 individus pistés dans les archives en ligne ou via les bases de données du Centre généalogique du Finistère.

De la Bretagne à la Normandie

Les Cotty sont avant toutes choses Bretons ou plus exactement et exclusivement Finistériens et localisés sur trois villes : Morlaix (Ploujean), Plouézoc’h et Plougasnou. Le premier Cotty voyageur est Jean Marie qui épouse Marie Jeanne Huet à Morlaix en 1874 et filent au Havre en Normandie pour la naissance de leur fils Fernand Jean Francis, le 11 septembre 1875. C’est mon arrière-grand-père maternel (Sosa 12**).

Voilà pour les grandes lignes de l’histoire de la famille, lignée, clan des Cotty. Il convient ensuite de se pencher plus en détails sur certains individus ou sur certaines caractéristiques comme la même profession, en un même lieu de toute une famille. Il faut d’ailleurs que je me documente sur l’importance de la manufacture des tabacs à Morlaix qui a fait vivre mes ancêtres, leurs frère et leurs oncles sur 3 générations !

Mais j’ai découvert une histoire un peu dure sans que j’en connaisse les causes. Elle s’est déroulée à la fin du règne de Louis XIV.

L’année 1708

Hervé Cotty – Sosa 768 :

C’est le petit dernier d’une fratrie de 10 en comptant sa demi-sœur qui a 26 ans quand lui voit le jour le 1er septembre 1676 à Plouézoch.
À 27 ans, Il se marie le 15 février 1703 à Plougasnou avec Anne Allain. Une année passe et le premier enfant arrive, c’est une petite Marguerite suivie rapidement de Yves en 1704 et des jumeaux Jean et Jeanne en 1708.

Et puis, je ne sais pas quel mauvais sort s’abat sur sa famille mais l’année 1708 est particulièrement cruelle.

Les jumeaux naissent le 3 janvier puis Jeanne meurt le 9 janvier, son frère Jean décède le lendemain le 10, ils n’auront vécu que 6 et 7 jours.
Puis son épouse Anne décède à son tour le 16 janvier à 31 ans et dix jours plus tard c’est sa première fille Marguerite âgée de 4 ans qui décède le 26 janvier.
En moins d’un mois, il perd sa femme et trois de ses enfants. Il ne lui reste plus qu’un seul fils, Yves. Il a tout juste 2 ans et c’est mon Sosa 384.

Hervé ne reste veuf cependant que 7 mois et épouse en seconde noce Perrine Féat, le 13 août 1708. De cette union naît une petite Marie en 1709 puis Anne en 1712, Jacquette en 1714 et Louise en 1718. Que des filles !
C’est à l’âge de 45 ans que finalement Hervé COTTY meurt à Plougasnou. Heureusement pour moi, le petit Yves a survécu à tout ça et a perpétué la lignée de cette branche.

Apprendre à lire un arbre généalogique

Vous ne regarderez plus jamais un arbre généalogique comme avant, enfin c’est ce que je vous souhaite. Apprendre à lire un arbre généalogique permet de remarquer des singularités dans les dates, les noms, les lieux et de découvrir des histoires particulières au sein d’une grande saga qu’est l’histoire de votre famille.

Une autre histoire : un ancêtre joueur


*Cotty : J’ai conservé une seule orthographe pour plus de clarté mais « Cotty » s’écrira aussi avec un seul « t » ou « Cozti » ou « Le Couty » ou bien encore « En Cotty » selon les époques et les curés.

** Sosa : La numérotation de Sosa-Stradonitz est une méthode de numérotation des individus utilisée en généalogie permettant d’identifier par un numéro unique chaque ancêtre dans une généalogie ascendante. Vous êtes le numéro 1, votre père le 2, votre mère le 3, les grand-parents 4,5,6,7, etc.

geneagraphe imprimer arbres généalogiques lire un arbre généalogique

Arbres généalogiques sur mesure

 

Arbre agnatique

bannière imprimer arbre généalogique - Généagraphe - arbre agnatique

Arbre agnatique

Un arbre agnatique ou lignée agnatique reprend l’ascendance mâle d’une personne, celle qui transmet le patronyme à ses enfants à la différence d’une lignée cognatique qui reprend uniquement les épouses ou mères d’une personne.

J’ai mis à jour mon arbre à partir de mon père jusqu’à la huitième générations en l’élargissant aux épouses, à la fratrie et demi-frères et demi-sœurs. En bleu foncé mes ancêtres avec en blanc les épouses et les fratries puis en nuances de gris on trouve les autres collatéraux.

« Les collatéraux » n’est pas un terme péjoratif, il désigne simplement les personnes représentées dans un arbre généalogique qui ne sont pas des ancêtres.  En clair, ils auraient très bien pu ne pas naître que vous existeriez quand même.

On aperçoit notamment mon ancêtre joueur, Adrien Guillaume Ridel qui n’a pas de photographie.

geneagraphe imprimer arbres généalogiques arbres familiaux RIDEL

Arbres généalogiques sur mesure

Un ancêtre joueur

bannière imprimer arbre généalogique - Généagraphe - un ancêtre joueur

Un ancêtre joueur

Quand nous avons ouvert l’album de photo de mes grand-parents paternels, force était de constater que du père de mon grand-père, on ne savait pas grand chose. Mon arrière-grand-père (Sosa 8*), Adrien Guillaume Ridel, né en 1872 à Rouen est mon ancêtre joueur.

Nous n’avions même pas de certitude sur une photo qui pourrait bien lui correspondre. C’était d’autant plus curieux que nous avions plusieurs photographies de son épouse, mon arrière-grand-mère et une autre de son propre père mais de lui, aucune photographie légendée.

Qui était donc Adrien ?

geneagraphe imprimer arbre genealogique un ancetre joueur RIDEL Louis
Louis RIDEL – père d’Adrien mon ancêtre joueur
geneagraphe imprimer arbre genealogique un ancetre joueur DELISLE Juliette
Juliette DELISLE – épouse d’Adrien RIDEL mon ancêtre joueur

On sait dans la famille, qu’il a possédé une grosse maison bourgeoise à Perruel dans l’Eure (le Château) et qu’il a perdu tout son héritage en jouant aux courses de chevaux. Il y a en effet à 25 km un hippodrome aux Andelys. Nous avons une photographie du château issu de l’album familial et la mémoire de mes tantes pour le retrouver. La maison existe toujours, un haut mur de brique ceinture la propriété. Je n’ai pas réussi à prendre une photographie même avec une tata de 80 ans qui me tenait et me poussait pour que je me maintienne en équilibre sur le mur !

geneagraphe imprimer arbre genealogique un ancetre joueur chateau perruel
Le château – Le Mesnil-Perruel

Cet homme a déménagé un nombre affolant de fois, je lui connais 11 adresses différentes en 59 ans. Nous sommes donc bien loin du modèle idéal d’ancêtre (du point de vue d’un généalogiste amateur) qui n’aurait pas changé de ville depuis sa naissance et ce jusqu’à sa mort et qui aurait épousé une femme de cette même paroisse.

Il n’est évidemment pas du modèle habituel rencontré dans mon arbre généalogique, des journaliers, vignerons et autres laboureurs à n’avoir jamais été plus loin que les limites de leurs terres de labeur.

Le livret de famille

Jusqu’à très récemment, on ne connaissait ni sa date de décès ni son lieu d’inhumation. En vrai, l’information était dans le livret de famille que j’ai récupéré dernièrement. C’est vraiment incroyable que mes tantes ne l’aient pas vu avant moi. C’est comme si tout faisait en sorte que le mystère de cet aïeul demeure. Elles pensaient même qu’il était décédé à Rouen ce qui m’a valu une grosse conjonctivite à m’user les yeux sur les pages et les pages des actes d’état civils en ligne, pour rien car c’est finalement dans l’Eure qu’il est mort.

geneagraphe imprimer arbre genealogique un ancetre joueur livret de famille
C’était écrit dessus !

La fiche matricule

Grâce à cette fiche matricule, j’ai eu la confirmation qu’il ne restait pas en place contrairement au modèle idéal de l’ancêtre casanier. Tous ses changements d’adresse ont été consignés pendant sa période de mobilisation.

Outre le fait qu’il ait participé à la Grande guerre et à défaut de photo d’identité, on y trouve sa description physique :

Cheveux et sourcils : châtains
Yeux : gris
Front : ordinaire
Nez : fort
Bouche : moyenne
Menton : pointu
Visage : ovale
Taille : 1,69 m (mon grand-père était petit ainsi que mon père et ses frères et sœurs)

geneagraphe imprimer arbre genealogique un ancetre joueur fiche matricule

Son itinéraire

I) Rouen (Seine-Maritime)

1872 ; naissance au 41, place du Vieux-Marché à Rouen. Il naît dans le café dont son père est le propriétaire. Ce café existe toujours aujourd’hui.

II) Rouen (Seine-Maritime)

1892 ; il habite chez ses parents : 43, rue des Carmes, il est garçon épicier ; fiche matricule. Cette adresse a été détruite lors des bombardements alliés en 1944.

III) Perruel (Eure)

1893 ; fiche matricule.
1896 ; recensement où il figure avec Alexandre Hulat, 29 ans, jardinier ; Albert Lahalle, 43 ans, domestique ; Maria Tinel épouse Lahalle, 44 ans, cuisinière. Adrien Ridel est lui recensé à 21 ans comme le chef de maison. Curieusement dans ce recensement, je ne trouve pas ses parents et je n’ai pas réussi à localiser l’adresse exacte. Les recensements se font par quartier et par numéro de maison et pas par adresse postale.

geneagraphe imprimer arbre genealogique un ancetre joueur recensement 1896 Perruel
1898  ; fiche matricule.
1899 ; mariage avec Juliette Delisle. Lui habite toujours à Perruel probablement dans le château avec ses parents et elle demeure dans un immeuble bourgeois au 1, rue des Petits pères à Paris dans le 2e arrondissement.

IV) Ry (Seine-Maritime)

1899 ; fiche matricule. Logiquement il quitte la demeure familiale pour s’installer à quelques kilomètres du château.
1900 ; naissance de son fils Marcel.
1901 ; naissance de son fils René.
1901 ; il est grainetier au décès de son père Louis Adrien (dit « P’tit Louis » parce qu’il était petit).

V) Perruel (Eure)

1902 ; naissance de sa fille Marguerite et fiche matricule. On comprend qu’il a dû hériter du château ou du moins il y rejoint sa mère avec femme et enfants.

VI) Darnétal (Seine-Maritime)

1903 ; 85, rue de Longpaon ; fiche matricule. Et là, il a du faire faillite car avec sa femme et ses trois enfants, il emménage dans une petite maison en bordure de route.

VII) Rouen (Seine-Maritime)

1904 ; 43, rue de Lessard ; fiche matricule.

VIII) Les Andelys (Eure)

1905 ; Grande rue ; Il est employé de commerce à la naissance de son fils Georges, mon grand père ; fiche matricule.

IX) Mantes-la-Ville (Yvelines)

1906 ; recensement avec son épouse Juliette ; fiche matricule.
1907 ; naissance/décès de sa fille Raymonde.
1910 ; naissance de sa fille Madeleine.

X) Rouen (Seine-Maritime)

1928 ; il est employé de commerce au mariage de son fils Georges mon grand-père et y habite au 21, avenue du Mont Riboudet.

XI) Bernay (Eure)

1931 ; décès ; livret de famille

La photo

Tout le monde s’accorde à dire qu’il ressemble vraiment beaucoup à mon grand-père et moi aussi pour l’avoir connu. Donc cet homme sur la photo est bien de la famille. La photographie a été prise par un photographe professionnel à Mantes. Assez rapidement, j’ai trouvé un Étienne Asselin photographe installé à Mantes-la-jolie, spécialisé dans les portraits « carte de visite ». Le problème c’est qu’il a cédé son atelier en 1891 et à cette date mon ancêtre joueur n’avait que 19 ans. Ce n’est donc pas le portrait d’Adrien Guillaume Ridel mon bisaïeul. Le mystère de mon arrière-grand-père, mon ancêtre joueur, reste donc entier !

geneagraphe imprimer arbre genealogique un ancetre joueur la photo

 


*La numérotation de Sosa-Stradonitz est une méthode de numérotation des individus utilisée en généalogie permettant d’identifier par un numéro unique chaque ancêtre dans une généalogie ascendante. Vous êtes le numéro 1, votre père le 2, votre mère le 3, les grand-parents 4,5,6,7, etc.


Lien vers le recensement de 1896 à Le Mesnil – Perruel

Lien vers la fiche matricule

Lien vers mon arbre généalogique

Mon ancêtre espagnol

bannière imprimer arbre généalogique mon ancetre espagnol

Mon ancêtre espagnol

Jean de Salazar est un mercenaire espagnol célèbre originaire de la Biscaye dans le Pays basque espagnol. Il appartenait à la bande d’écorcheurs de Rodrigue de Villandro, guerrier espagnol noble du Moyen-Âge pendant la Guerre de Cent ans.

Il suivit en 1428 l’étendard de Jeanne d’Arc au siège d’Orléans occupé par les Anglais. Il la suivra partout dans toutes ses batailles jusqu’au sacre du roi Charles VII à Reims. À la suite de quoi, il s’installa dans le sud de la France et se mit au service de grands seigneurs comme Georges de la Trémoïlle, prononcé [trémouille] ce qui casse un peu la magie du titre.

Georges de la Trémoïlle lui donnera alors pour services rendus, une fille bâtarde naturelle à épouser, Marguerite, Dame de Saint-Fargeau. Ils se marièrent le 31 octobre 1441 à Sully dans l’Oise. Ils eurent sept enfants dont toute la descendance prit par la suite grand soin de s’enorgueillir de cet aïeul célèbre.

Mon ancêtre espagnol, Jean de Salazar, succomba à d’atroces brûlures le 12 novembre 1479 soit deux ans après avoir été blessé lors du siège qu’il soutint à Gray, en 1477 pour le compte du roi Louis XI.

C’est par la branche de La TRÉMOÏLLE que ma généalogie remonte à Charlemagne ce qui n’est point déshonorant. Mais ce n’est pas la seule branche, d’autres sont à retrouver notamment parce que les nobles se sont tous mariés entre cousins à une époque ou à une autre.

geneagraphe imprimer arbre genealogique jean de salazar mon ancetre espagnol

Arbres généalogiques sur mesure

Tous les chemins mènent à Charlemagne

bannière imprimer arbre généalogique tous les chemins menant a Charlemagne

Tous les chemins mènent à Rome Charlemagne

Je viens de découvrir dans mon arbre généalogique une petite bifurcation et qui est aussi un petit raccourci pour remonter jusqu’à Charlemagne. Je m’étais concentré dans mes recherches et dans le travail de vérification et de recoupement uniquement sur la branche des de BIENCOURT et finalement en remontant celle des de BELLOY,  je découvre que les deux se recoupent 160 ans auparavant.

En 1604, sous le règne d’Heni IV, Thezeus de BELLOY (Sosa 10176) qui ouvre la branche des seigneurs de Saint-Martin ; chevalier, échanson du Roi, gentilhomme ordinaire de la Chambre du Roi, capitaine au régiment de Navarre, se maria par contrat avec Louise de BIENCOURT (Sosa 10177).

En 1761, sous le règne de Louis XV, Claude Nicolas de BELLOY (Sosa 318) ; chevalier, seigneur et patron des terres et seigneuries de Provemont, de Fissancourt, de Chauvincourt, de Neufville, de Bonnemare et autres lieux, officier au régiment des Bourbon infanterie, le descendant direct du dit Thezeus, se maria avec Rose Jeanne de BIENCOURT (Sosa 319).

La dite Rose est quant à elle, la descendante de Charles de BIENCOURT (Sosa 2552) ; chevalier, seigneur de Biencourt, en partie de Gamache, de Poutrincourt, de Chauvincourt, de Guibermenil, de Vercourt et autres lieux, conseiller, maître d’hôtel ordinaire du Roi, chevalier de son ordre, écuyer de la grande écurie et commandant son académie, qui est aussi le frère de la dite Louise de BIENCOURT mariée un siècle et demi auparavant à l’ancêtre du de BELLOY.

J’ai fait une infographie car c’est tout de suite plus clair en image.

Je m’attends à trouver d’autres croisements et d’autres embranchements similaires et je vous tiens au courant.

Pour voir tous les descendants direct de Charlemagne jusqu’à mon Grand-père paternel c’est par ici : On descend tous de C.


Les intitulés des titres et autres fonctions sont issues du Nobiliaire de Ponthieu et de Vimeu, de René marquis de Belleval.

Charlemagne geneagraphe imprimer arbre généalogique de Biencourt de Belloy

Arbres généalogiques sur mesure

De père et de mère inconnus

bannière imprimer arbre généalogique - geneagraphe - père et mère inconnus - acte de naissance

Père et mère inconnus.

Cette mention fait froid dans le dos.

La première fois que j’ai eu affaire à la mention « de père et de mère inconnus » c’est avec Sophie LÉONIE (Sosa 53) la grand-mère de mon arrière-grand-mère maternelle ça m’a vraiment attristé et je réalisais soudain qu’une branche complète de mon arbre généalogique disparaissait.

Elle a été trouvée exposée (sic) à la porte de l’Hospice général de Dieppe en Seine-Maritime le 14 avril 1821. Elle est probablement née quelques jours plutôt mais cette information et les raisons de son abandon sont définitivement perdues.

Est-elle le fruit d’une union adultérine ? Est-elle une bouche de trop à nourrir ? On ne le saura jamais.

imprimer arbre généalogique - geneagraphe - père et mère inconnus - acte de naissance

Toujours est-il que je suis resté perplexe devant le mot « Exposée » c’est le terme employé sur son acte de baptême. J’ai fait des  rapides recherches et j’ai découvert l’existence des tours d’abandon. Non pas une tour mais un tour comme un plateau tournant. D’ailleurs au Brésil et au Portugal on les appelle les « rodas dos expostos » (« roues pour les exposés »). L’autre hypothèse qui expliquerait l’utilisation de cet adjectif c’est qu’il permettait d’éviter au bébé l’exposition aux intempéries et aux aléas de la rue.

Les tours d’abandon

Vers 1800, plusieurs villes mettent en place des tours d’abandon. Il s’agit d’un guichet tournant installé dans la façade des hospices.  On déposait le nouveau né sur un plateau tournant puis on sonnait une cloche pour avertir le personnel de l’hospice.

imprimer arbre généalogique - geneagraphe - père et mère inconnus - tour d'abandon de rouen
Tour de l’Hospice général de Rouen – Par Velvet [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html)
En France, saint Vincent de Paul fait aménager le premier tour à Paris en 1638. Ils sont légalisés par un décret impérial du 19 janvier 1811  et à leur apogée ils étaient au nombre de 251 dans toute la France. On en trouvait dans les hôpitaux, dont l’Hôpital des Enfants-Trouvés de Paris. Un mouvement favorable à leur suppression se développe dans les années 1830. Le nombre d’enfants abandonnés se comptant en dizaines de milliers chaque année, les tours d’abandon sont fermés en 1863 et remplacés par des « bureaux d’admission » où les mères pouvaient laisser leurs enfants de manière anonyme tout en recevant des conseils. La loi du 27 juin 1904 abolit définitivement les tours d’abandon.

Une miraculée

Toujours est-il que mon aïeule Sophie LÉONIE est une miraculée car la mortalité enfantine des enfants abandonnés au début du xixe siècle est considérable. L’essor industriel contraint les ouvriers à un travail intensif et ce dès le plus jeune âge. La malnutrition et l’alcoolisme engendrent des enfants fragiles qui succomberont pour la plus part de méningite ou de tuberculose.

Elle eut finalement une vie assez brève, elle est décédée le 14 avril 1876 à Meulers en Seine-Maritime à l’âge de 51 ans. Elle s’est mariée à 23 ans avec Jacques Hippolyte FOURÉ (Sosa 52) et je ne lui ai trouvé qu’un enfant.

Qui aurait pu imaginer que 142 ans après sa mort quelqu’un penserait à elle ?